NADEL EVA

1928 | Birth: | Arrest: | Residence: , , ,

Source in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Eva NADEL, née Chawa NADEL

 

 

La vie en Meurthe et Moselle

La famille NADEL est originaire de Pologne : le père, Joseph NADEL est né le 27 mars 1890 à Krowica, dans l’Est du pays et sa mère, Sala WITMANN est née le 22 septembre 1892 à Keresiow. Leur fils aîné, Jacob naît en 1924 à Holecze en Pologne.

 

Photographie des aciéries de Micheville vers 1932. Source : site industrie.lu

 

Entre 1924 et 1928, la famille NADEL arrive en France sans doute pour fuir la misère et l’antisémitisme. Elle s’installe à Villerupt en Meurthe et Moselle, dans la cité ouvrière de Cantebonne puis dans la cité Clémenceau. Joseph NADEL travaille comme ouvrier aux aciéries de Micheville.

 

La famille s’agrandit avec la naissance d’Eva le 22 mars 1928 à Villerupt. Son prénom est Chawa sur son acte de naissance. Puis, deux autres frères naissent eux aussi à Villerupt : Arnold en 1932 et Léon en 1935.

 

Copie de l’acte de naissance d’Eva NADEL

 

Par souci d’intégration, Joseph NADEL fait une demande de naturalisation en 1935 pour ses trois enfants nés en France afin qu’ils obtiennent la nationalité française. Celle-ci est accordée par un décret du 9 juillet 1936.

De plus, sur les listes de recensement de la commune de Villerupt de 1936, tous les prénoms des enfants sont francisés : Jacob est appelé “Jean” et Chawa est appelée Eva.

 

Extrait des listes de recensement de 1936 de la commune de Villerupt. Source : Archives départementales de Meurthe et Moselle.

 

Demande de nationalité française de Joseph NADEL pour ses trois enfants nés à Villerupt. Source : document fourni par l’association convoi 77

 

L’évacuation dans la Vienne

Dès 1935, devant la montée des tensions entre l’Allemagne nazie et les démocraties européennes, le gouvernement français avait mis en place un plan d’évacuation des populations civiles qui habitaient dans les départements frontaliers de l’Est du pays. Entre le 1er septembre 1939 et septembre 1940, 60000 Mosellans sont accueillis dans 239 communes de la Vienne. (source : Vrid-memorial.com).

La famille NADEL est évacuée en septembre 1939. Elle réside à Eglisottes en Gironde et arrive à Doussay  dans le département de la Vienne le 13 décembre 1940.

La famille NADEL est arrêtée le 15 juillet 1941 par la police allemande. Eva NADEL est libérée au mois de décembre.

Nous apprenons dans le dossier d’Arnold NADEL que toute la famille est arrêtée à nouveau au printemps 1942 par les forces d’occupation, sans avoir une date précise et internée au camp de la route de Limoges. Ce camp avait été créé en 1939 pour accueillir les réfugiés espagnols puis, il devint à partir de 1940, un camp d’internement pour les Tziganes et les Juifs, étape de leur déportation vers les camps de la mort.

 

Camp d’internement de la Route de Limoges. Archives départementales de la Vienne

 

Les parents d’Eva et son grand frère Jacob sont transférés au camp d’internement de Drancy puis déportés à Auschwitz par le convoi n°32 le 14 septembre 1942. Ils ne survivront pas.

Nous savons grâce au témoignage de Robert Franck qu’Eva NADEL est recueillie dans une famille juive à Châtellerault, la famille Weil, et qu’elle est scolarisée dans la même ville. Au début de l’année 1943, le commissaire de Châtellerault, sur ordre de Vichy, fait arrêter les enfants juifs séparés de leurs parents en invoquant “un regroupement familial”. Eva NADEL est alors dirigée vers le foyer de l’UGIF, rue Lamarck dans le 18ème arrondissement. (Source : “De bouche à oreille 2019, fondation Shoah.org, témoignage de Robert Franck).

 

Eva NADEL est la troisième jeune fille au fond en partant de la gauche. Photographie prise au centre de l’UGIF de la rue Lamarck à Paris. Source : Serge Klarsfeld

 

L’arrestation à Paris

La photographie est prise au centre de de l’UGIF avenue Secrétan à Paris. Eva NADEL est la deuxième fille en partant de la gauche au deuxième rang. Source : Serge Klarsfeld

 

Les enfants du centre de l’UGIF rue Lamarck déménagent à l’école Lucien de Hirsch, avenue Secrétan à Paris dans le 19ème arrondissement après le bombardement des alliés du 21 avril 1944. Eva NADEL a alors 16 ans.

Dans la nuit du 21 au 22 juillet 1944, une rafle a lieu dans tous les centres de l’UGIF à Paris. Eva NADEL est arrêtée et conduite au camp de Drancy. Elle est immatriculée sous le numéro 25401.  Le 31 juillet, elle est déportée avec ses petits frères, Arnold et Léon à Auschwitz dans le convoi 77. C’est le dernier convoi parti de France, emportant 1310 déportés dont 324 enfants.

 

La déportation

Le convoi 77 arrive à Auschwitz le 5 août 1944. Nous supposons qu’Arnold et Léon sont conduits immédiatement à leur arrivée vers les chambres à gaz comme tous les autres jeunes enfants.

Eva NADEL est sélectionnée pour le travail forcé. Elle est tatouée sous le numéro A16774. Nous n’avons pas d’autres renseignements sur sa vie dans le camp.

En décembre 1944, devant la progression de l’Armée Rouge, les nazis évacuent les détenus du camp d’Auschwitz pour les employer dans des usines d’armement plus à l’intérieur du IIIe Reich. Eva NADEL, est conduite dans le cadre des marches de la mort, au camp de Kratzau. C’était un kommando pour femmes situé en Tchécoslovaquie qui dépendait du camp de concentration de Gross-Rosen. Les détenues travaillaient dans des usines d’armement. Eva NADEL  y est détenue jusqu’au 10 mai 1945, date de sa libération par les Russes.

Elle est rapatriée en France le 20 mai 1945.

 

La vie après la déportation

Eva NADEL vit à Paris. On trouve quatre adresses différentes : en 1948, elle réside au 234 rue de Tolbiac mais aussi au 4 rue Guynemer. En 1954, elle habite au 34 boulevard Saint Germain puis en 1958 au 8 rue des Bernardins. Elle exerce le métier de secrétaire.

En 1957, elle entreprend des démarches pour se voir reconnaître le statut de victime de guerre et de déportée auprès du ministère des Anciens Combattants.

Le 20 juin 1957, elle se marie à Paris dans le 5ème arrondissement avec Armand Joseph CHICHEPORTICHE.

Son acte de naissance nous apprend qu’un jugement rendu le 7 mai 1996 par le Tribunal de Grande Instance d’Evry lui permet de faire changer son prénom Chawa sur les actes de l’Etat-Civil. Elle s’appelle désormais Eva NADEL et la rectification est faite sur son acte de naissance.

Son acte de naissance ne comporte pas mention de décès. Nous supposons donc qu’Eva NADEL est encore en vie aujourd’hui. Nous ne désespérons pas de la retrouver par le biais des réseaux sociaux, elle ou ses descendants. Cette biographie peut également permettre de nous mettre en relation avec des témoins qui l’auraient connue.

 

Monument aux morts de la commune de Villerupt

Sur cette stèle, on retrouve le nom de la Famille NADEL ainsi que tous les autres hommes et femmes morts dans les camps nazis entre 1940 et 1944.

 

Contributeurs

Cette biographie a été réalisée par les élèves de la classe de 3B du collège André LALLEMAND à Pouilly-en-Auxois avec l’aide de Madame GARREC, professeure d’Histoire et de Madame JACQUET, professeure de Français.

 

Copie-acte-de-naissance-238×300
Image1
Image2
Image3
Image4
Image5
Image6
Eva NADEL née le 22 mars 1928 déportée de Drancy le 31 juillet 1944 par le convoi n°77.

Contributor(s)

Biographie réalisée par les élèves de la classe de 3B du collège André LALLEMAND à Pouilly-en-Auxois avec l'aide de Madame GARREC, professeure d'Histoire et de Madame JACQUET, professeure de Français.
0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

hébergement Umazuma - OVH

Log in with your credentials

Forgot your details?