BRODER RENE

1928 - 1944 | Miejsce urodzenia: | Miejsce aresztowania: | Miejsce zamieszkania:

Źródło w Francuski. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

René Broder, 1928 – 1944

 

René Broder est le fils de Chaja Malka Broder, née Judkowicz à Pizedborg, en Pologne le 14 avril 1897 et de Salomon Broder, né à Zarki en Pologne le 26 août 1879.

 

Salomon Broder a d’abord été marié à Anna Gutman, qui est décédée en 1921.

Salomon Broder avec sa première femme Anna Gutman[1]

 

Celui-ci obtient la nationalité française en vertu du décret du 4 décembre 1926.

 

On suppose que Salomon Broder s’est remarié avec Chaja Malka après la mort de sa première femme Anna Gutman.

 

Le couple va avoir un enfant René né le 24 août 1926 à Paris dans le 12ème arrondissement.

 

(Salomon Broder deuxième rang à gauche, Chaja Broder à ses côtés, René Broder premier rang à droite) 

 

René est de nationalité française, car il est né d’un père français comme l’atteste le document ci-dessous[2].

 

Certificat de Nationalité

 

Salomon Broder serait décédé en 1941 d’après une source trouvée sur Internet sur le site http://www.dankazez.com/broda-broder. Celui-ci n’est pas mort en déportation.

 

En juillet 1944 Chaja Broder vit avec son fils au 4 rue Wifried Laurier à Paris dans le 14ème arrondissement.

 

D’après le témoignage de sa mère qui est revenue de déportation, René et sa mère sont arrêtés le 25 juillet 1944 dans la rue Henri Monnier avec d’autres personnes. Ils sont emmenés au poste de police, rue de la Banque à Paris dans le 2ème arrondissement. Ils sont ensuite embarqués au dépôt pour le lendemain être conduits au camp de Drancy[3]. Ils sont déportés par le convoi 77[4] le 31 juillet 1944 au camp d’Auschwitz-Birkenau en Pologne[5].

A leur arrivée Chaja est séparée de son fils René, pour toujours…

 

Témoignage de Chaja Broder

A son retour de déportation Chaja fait des démarches[6] pour déclarer le décès de son fils mort en déportation au camp d’Auschwitz. Celui-ci n’avait que 17 ans.  Il est déclaré décédé le 31 juillet 1944.[7]

 

                       

Déclaration du décès de René Broder par le président du tribunal de Grande Instance de la Seine

 

 


[1] Photographie The Broda/Broder. Source http://www.dankazez.com/broda-broder

 

[2] Document de l’association Convoi 77, fournit par la mère de René Broder afin de faire des démarches de non-rentré après la guerre.

 

[3] Camp de Drancy : Drancy sert de camp d’internement et de regroupement des Juifs de France avant d’être envoyés dans les camps de concentrations et les centres de mise à mort. Près de 63000 d’entre eux seront déportés depuis Drancy.

 

[4] Convoi 77 est le dernier grand convoi (1310 déportés) ayant quitté Drancy pour Auschwitz le 31 juillet 1944.

 

[5] Auschwitz-Birkenau, est un grand camp de concentration et de centre de mise à mort en Pologne. Plus de 1,1 million de Juifs, seront assassinés à Auschwitz-Birkenau

 

[6] On voit bien sur le document 1 que la demande a été faite par Chaja Broder, mère de René Broder.

 

[7]  À partir de 1945, lorsqu’il s’est avéré que de nombreux déportés avaient « disparu », les familles ont été amenées à faire établir des certificats de disparition, qui ont été suivis, ensuite, de jugements déclaratifs de décès tenant lieu d’actes de décès.

Pour l’établissement de ces documents, arbitrairement, il fut décidé que le lieu de décès serait celui du camp d’internement où les futurs déportés avaient été détenus (Drancy, Pithiviers… ), et la date indiquée fut celle du départ de Drancy.

 

 

Certificat de décès BRODER 2
Certificat de Nationalité Broder
Déclaration de décès BRODER 1
phot de groupe famille BRODER
Salomon Brider et Anna Gutman
Témoignage de Chaja BRODER
0 Komentarzy

Napisz komentarz

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany. Wymagane pola są oznaczone *

*

hébergement Umazuma - OVH

Zaloguj się używając swojego loginu i hasła

Nie pamiętasz hasła ?