Accueil

Projet européen Convoi 77

Transmettre autrement l'histoire de la Shoah

339 biographies publiées sur 1306
26%
287 biographies en cours d'étude dans 168 projets
29.83%
20 pays associés au projet sur 32
60%

En collaboration avec l'Union européenne

-> Des centaines de biographies à écrire

-> Des milliers de lycéens au travail à travers l'Europe

Présentation du Projet européen Convoi 77

Georges Mayer, président de l’association, explique le projet dans cette vidéo pour la chaîne I24News.

Actualités

Les actualités de l'association et des projets

Le travail de recherche d’une classe de terminale récompensé par le prix VivaCité 2022

La classe de terminale Boulangerie-Pâtisserie du lycée Le Castel à Dijon a été récompensée par le prix VivaCité 2022 dans la catégorie lycée pour son travail de recherche sur deux déportés du convoi 77, Elisa Schmoll et René Levy. Leur travail de recherches avait permis de réaliser une exposition à l’intention de l’ensemble des élèves de l’établissement. C’est cette exposition qui a remporté le prix VivaCité 2022 pour l’Académie de Bourgogne-Franche-Comté.  « La qualité des recherches et leurs restitutions ont été saluées par le jury », a commenté leur professeure Céline Frémiot. « Ils sont fiers d’eux car très souvent les filières professionnelles ne sont pas mises en avant. » Le concours VivaCité vise à développer les compétences civiques des élèves et à favoriser le mieux-vivre ensemble dans une pratique concrète des valeurs républicaines et de la citoyenneté. « Nous sommes fiers ! » Cette récompense, tout comme le projet en lui-même, a ravi les élèves.

LIRE LA SUITE »

Convoi 77 participe à un séminaire eTwinning en Pologne

Convoi 77 a participé, le 24 septembre dernier, à un séminaire franco-polonais eTwinning organisé à Sopot, en Pologne, avec 20 enseignants des deux pays. Durant trois jours, ces derniers ont suivi une formation pour apprendre à conduire des projets collaboratifs à distance. La plateforme eTwinning, qui dépend d’Erasmus+, est un réseau européen composé d’enseignants principalement, mais aussi de bibliothécaires, principaux d’établissements, etc. Il encourage la conduite de projets collaboratifs à distance, de la maternelle au lycée, par le biais du numérique. Durant ce séminaire, « une dizaine d’enseignants ont travaillé à la mise en œuvre de projets eTwinning avec Convoi 77 dans la perspective de réaliser des recherches et des biographies », explique Elizabeth Sauser-Monnig, directrice du bureau d’assistance national eTwinning France. Ce groupe d’enseignants – certains d’histoire-géographie, d’autres d’anglais – a été accompagné par deux ambassadrices eTwinning, Laurence Ponthieux et Anna Plawecka, explique de son côté Stephen Cudby, chargé de formation

LIRE LA SUITE »

Mémoire, histoire et cohésion : les 80 ans du 8 octobre 1942 à La Roche-Chalais

Dans le cadre d’un projet jumelé avec  le lycée Louis Vincent de Metz, les élèves de troisième du collège Jeanne d’Arc de La Roche-Chalais ont participé à la journée de commémoration du samedi 8 octobre 2022, organisée par la municipalité, le département, la région et le Mémorial de la Shoah. Après une série de rencontres  – cinématographiques et muséographiques -, cette journée du 8 octobre se plaçait sous l’égide du travail de mémoire. Mémoire des rafles perpétrées sous l’Occupation en général et de la déportations dans les camps de la mort depuis les communes de St Michel de Rivière et St Michel l’Ecluse et l’Eparon, en particulier. Les habitants et acteurs de ces communes voisines ainsi que des familles descendantes de déportés juifs ont eu à coeur d’honorer la mémoire d’environ 70 enfants, femmes et hommes juifs qui ont subi les affres de la déportation et dont l’écrasante majorité n’est pas revenue. Parmi eux, les

LIRE LA SUITE »

Une coopération entre lycéens de Moselle et collégiens de Dordogne

Depuis la rentrée 2022, les secondes 10 du lycée Louis Vincent de Metz (Moselle) et les troisièmes du collège Jeanne d’Arc de La Roche Chalais (Dordogne) travaillent ensemble sur l’histoire de Cécile et Simon Dembicer. En retraçant la biographie de ces deux jeunes victimes messines du convoi 77, les lycéens et leur professeur, Bruno Mandaroux, ont découvert que la famille Dembicer avait vécu à Saint Michel de Rivière en Dordogne pendant la guerre. Contrairement à leur père et aux autres réfugiés juifs du village, les deux enfants n’ont pas été raflés le 8 octobre 1942 car leur mère attendait son troisième enfant. Ils n’ont été arrêtés qu’en mai 1943. Pour le quatre-vingtième anniversaire de la grande rafle l’Angoulême, une journée commémorative est justement organisée, le 8 octobre à La Roche Chalais, commune à laquelle est désormais rattaché Saint Michel de Rivière. Une stèle en hommage aux victimes doit être inaugurée.

LIRE LA SUITE »

Signature d’une convention avec un centre de documentation autrichien

Un accord de coopération a été signé cet été entre Georges Mayer, président de Convoi 77, et Gerhard Baumgartner, directeur du Centre de documentation de la Résistance autrichienne (Dokumentationsarchiv des österreichischen Widerstandes, DOW). Cet accord va permettre un accès privilégié pour Convoi 77 aux archives de cette organisation, qui portent surtout sur les déportés nés en Autriche. Dans le convoi 77, 25 des déportés étaient nés en Autriche. Il survient alors que les liens entre Convoi 77 et l’Autriche se renforcent : les 16 et 17 septembre dernier, cinq enseignants autrichiens et cinq enseignants français se sont retrouvés à Graz, en Autriche, pour réfléchir à des manières d’enseigner la Shoah autrement et élaborer ensemble un nouveau projet pédagogique. Cette coopération avec le DOW vient renforcer les ressources auxquelles peuvent avoir accès les professeurs qui travaillent dans le cadre du projet Convoi 77. Pour mieux connaître et accéder aux fonds d’archives

LIRE LA SUITE »

Participation de Convoi 77 à l’université d’été du Mémorial de la Shoah

Une université d’été pour les professeurs du second degré s’est tenue du 7 au 12 juillet dernier au Mémorial de la Shoah, à Paris. Au cours de ces journées de formation, dont le thème était « Enseigner l’histoire de la Shoah », Claire Podetti, professeure d’histoire au collège Charles Péguy de Palaiseau et coordinatrice pédagogique de Convoi 77, a décrit la genèse et l’ambition de l’association. Bruno Mandaroux, professeur d’histoire-géographie au lycée Louis Vincent à Metz qui a participé au projet, a de son côté présenté le travail qu’il avait mené avec ses élèves sur la biographie de Charlotte Schuhmann, assassinée à 13 ans (ce travail fait partie des onze projets européens sélectionnés par le ministère de l’Education nationale). Cette formation s’adresse aux professeurs de collège et lycée, toutes disciplines confondues, qui s’inscrivent pour la première année aux universités d’été du Mémorial. Quatre universités, de quatre niveaux différents, permettent chaque année d’aborder

LIRE LA SUITE »

Suivez-nous

Recevez nos actualités dans votre boîte mail et retrouvez-nous sur Facebook

Projet européen Convoi 77

Enseigner l’histoire de la Shoah et de la Seconde Guerre Mondiale au travers des destins individuels

0
Biographies
0
Pays
0
Villes & villages

Dans chacun des 32 pays de naissance des déportés, des élèves vont rechercher les traces de personnes nées et/ou ayant vécu dans la ville ou le village où ils vivent aujourd’hui.

Seuls ou en groupe, les élèves se rendront à la mairie, consulteront les archives locales, rechercheront des témoins, des photos, des documents.

Encadrés par un enseignant, les élèves vont réaliser une véritable enquête, afin de retrouver des informations, des documents, des témoignages sur les personnes disparues.

La mise en forme des informations recueillies en vue de la rédaction d’une biographie sera l’objet de discussions et d’échanges entre les élèves et leur enseignant.

Pour les aider dans leur travail, les élèves recevront du matériel pédagogique élaboré spécialement à leur intention et auront accès aux archives dont nous disposons déjà.

Les biographies rédigées seront mises en ligne et accessibles aux familles, aux chercheurs et au grand public. Un forum permettra aux participants d’échanger sur leurs expériences.

Chaque groupe déterminera ses objectifs, sa méthode de travail, ainsi que la répartition des tâches entre ses membres : chacun doit pouvoir participer au projet. 

Les élèves seront en mesure de mieux comprendre les événements historiques qui se sont déroulés dans leur environnement proche, tout en restaurant la mémoire d’un déporté.

Dernières biographies publiées

Noussen GOURENZEIG

Noussen GOURENZEIG Ci-contre : Acte de mariage de Noussen et Rosa, Source : Archives de Paris, cote 20M79 Selon les sources, son prénom est souvent différent : Noussen, Nuissen, Nusen et Noussem. Le patronyme est aussi noté différemment : Gourenzeig, Gourenceig, Gourentzeig et Gurencajg. Dans cette biographie, nous utiliserons « Noussen Gourenzeig ». D’après son acte de mariage, Noussen Gourenzeig, fils de Cale Gourenzeig, un tailleur, et de Perla Szpajzman, sans profession, serait né le 24 octobre 1899 à Varsovie, ville qui, à l’époque, appartient à l’empire de Russie. Par contre, sur le document officiel qui lui octroie la nationalité française, il serait né à Grouetz, ville polonaise également intégrée à l’empire russe, le 6 novembre 1900. Carte de l’Europe en août 1914   Extrait du décret du 15 septembre 1938 accordant la nationalité française   D’après le livre écrit par son fils après la guerre, Noussen fuit la Russie

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Marie GOURENZEIG

Marie GOURENZEIG Ci-Contre : Acte de naissance de Marie Marie Gourenzeig est née le 10 février 1924 dans le 12ème arrondissement de Paris. Elle a passé toute son enfance au 397 rue des Pyrénées à Paris dans un quartier cosmopolite, où se concentrait une multitude de communautés différentes. Elle est née dans une famille immigrée polonaise. Cette famille simple mais heureuse était composée de son père : Nouissen Gourenzeig, né le 6 novembre 1900, de sa mère : Rosa Tukir, née le 29 décembre 1899, de son frère aîné : Zalo, né le 12 avril 1921, d’elle, la cadette, de son frère : Joseph, né le 8 février 1927 et de la benjamine : Paulette, née le 30 juillet 1932.   Le 397 rue des Pyrénées Paris Marie a été scolarisée à l’école communale de la rue de Belleville, juste à côté de chez elle. Selon son frère Joseph, ses

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Rosa GOURENZEIG

Rosa GOURENZEIG ou Rajzla GURENCAJG née CUKIER ou TUKIER Ci-Contre : Acte de mariage de Noussen et Rosa, Source : Archives de Paris, cote 20M79 Rosa GOURENZEIG, que l’on trouve dénommée de différentes manières selon les sources : Tukier CUKIER, GURENCAJG ou Rajzla CUKIER, serait née à Varsovie ou à Kiev, deux villes appartenant à l’empire russe. D’après l’acte de mariage, elle est née le 6 ou le 18 décembre 1899 à Varsovie. Elle est la fille de Jankiel Cukier, un commerçant, et de Rywka Gentner. Nous ne savons pas précisément à quelle période elle quitte son pays pour rejoindre la France. D’après l’extrait des minutes du tribunal de commerce du département de la Seine, Rosa aurait épousé Nusen Ber GURENCAJG, plus souvent appelé Noussen Gourenzeig avant de venir en France car il est noté «marié sous le régime russe». Extrait des minutes du tribunal de commerce du département de la

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Zalo GOURENZEIG

Zalo GOURENZEIG Ci-contre : Acte de naissance de Zalo Zalo Gourenzeig ou Gourencajg est né le 12 avril 1921 à Paris. Il est le fils aîné de Rosa et Noussen, immigrés polonais. Le prénom Zalo n’est pas celui choisi par la famille. En fait Noussen et Rosa souhaitaient appeler leur fils Zale mais l’employé municipal, du fait de l’accent de Noussen, a mal orthographié le prénom. Très vite, d’après Paulette, la jeune sœur de Zalo, ce prénom a fait l’objet de moqueries : Zalo, salaud. C’est ce qui explique qu’ensuite Noussen et Rosa ont appelé leur fils André. Comme l’atteste le recensement de 1931, la famille habite 397 rue des Pyrénées, dans le XXème arrondissement de Paris. C’est un quartier cosmopolite. Zalo fréquente l’école située 104 rue de Belleville. D’après le registre d’inscription de cet établissement le petit Zalo était un élève « docile et appliqué », mais dont les

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Joseph GOURENZEIG

Joseph GOURENZEIG Ci-contre : Acte de naissance de Joseph Gourenzeig Joseph Gourencajg dit Gourenzeig est né le 8 février 1927 à Paris dans le 12ème arrondissement. Il est le fils d’immigrés polonais, Noussen et Rosa. C’est le troisième enfant d’une fratrie de quatre. Comme l’atteste le recensement de 1931, la famille habite 397 rue des Pyrénées. Il étudie dans l’école communale au 104 de la rue de Belleville. Sur le registre d’inscription de l’école, le fonctionnaire de l’éducation nationale a noté à propos de Joseph « peu intelligent ». L’avenir montrera au contraire que Joseph était très intelligent, mais il n’était pas intéressé par l’école, c’est pour cela que son père l’inscrit dans une école de tailleur.   Extrait du recensement de 1931   Extrait du registre d’inscription de l’école rue de Belleville Durant les années 40, après la déclaration de la guerre, son père l’envoie avec le reste de

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Rachel LEMEL

Rachel LEMEL L’édito Rachel et Denise Lemel avaient 13 et 11 ans quand elles sont descendues du train qui les a amenées de Drancy à Auschwitz. 13 et 11 ans quand leur vie s’est arrêtée un jour de l’été 1944. Tuées parce qu’elles étaient nées « juives », selon la définition des nazis, reprise à son compte par l’État français. Ce sont ces deux petites filles, deux parmi des centaines dans ce train, parmi des milliers dans le court laps de temps entre 1939 et 1945, qui ont été l’objet de votre attention, vous, élèves à peine plus âgés que ces deux fillettes, pendant votre année scolaire 2021-2022. Alors que rien ne vous y préparait, vous êtes devenus à la fois ceux qui portent haut le flambeau de leur mémoire et des apprentis historiens, vite expérimentés. Grâce à votre travail collectif, que résume ce présent journal, vous retracez quels furent

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Denise LEMEL

Denise LEMEL L’édito Rachel et Denise Lemel avaient 13 et 11 ans quand elles sont descendues du train qui les a amenées de Drancy à Auschwitz. 13 et 11 ans quand leur vie s’est arrêtée un jour de l’été 1944. Tuées parce qu’elles étaient nées « juives », selon la définition des nazis, reprise à son compte par l’État français. Ce sont ces deux petites filles, deux parmi des centaines dans ce train, parmi des milliers dans le court laps de temps entre 1939 et 1945, qui ont été l’objet de votre attention, vous, élèves à peine plus âgés que ces deux fillettes, pendant votre année scolaire 2021-2022. Alors que rien ne vous y préparait, vous êtes devenus à la fois ceux qui portent haut le flambeau de leur mémoire et des apprentis historiens, vite expérimentés. Grâce à votre travail collectif, que résume ce présent journal, vous retracez quels furent

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Helga SACHS

Helga SACHS 15 mars 1932 à Berlin, 5 août 1944, Auschwitz-Birkenau.    La biographie d’Helga SACHS a été documentée, rédigée, préparée pour publication par la classe de 1° du lycée Marguerite de Navarre, de Bourges, sous la direction de son professeur d’histoire, Monsieur Stanley Théry, au cours de l’année scolaire 2018-2019. Le document avec la photo de la jeune Helga n’est pas publié du fait de l’opposition de sa famille proche.

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Émile ZWEIGENTHAL

Émile ZWEIGENTHAL Naissance : 30.12. 1885, Hovorany, district de Hodonín (Goeding), Moravie (Mähren), Autriche-Hongrie Mort : Le 5 août 1944, à Auschwitz Origine : Juif Métier : Dentiste Connaissance des langues : Allemand, tchèque, espagnol Parents : Sigmund et Rosa Zweigenthal Frère et sœur : Irene Zwigenthal Épouses : 1.     Elena Zweigenthal (née Heinrich) 2.     Etela Zweigenthal (née Alt) Enfants : Hans Zweigenthal et Werner Zweigenthal; Marguerite Sputz (belle-fille) NAISSANCE, ENFANCE ET ÉTUDES Émile Zweigenthale est né le 30 décembre 1885 à Hovorany, le petit village dans le district de Hodonín en Moravie du Sud (à l´époque de l’Autriche-Hongrie la ville était connue sous le nom allemand Goeding). Aujourd’hui, Hovorany se trouve pas loin de la frontière tchéco-autrichienne. Le père de Émile s’appelait Sigmund Zweigenthale (né autour de l’année 1857 et mort en août 1914, au tout début de la Première Guerre mondiale). À Hovorany il travaillait comme un commerçant. Cet emploi

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Chaïm Israël BORYCKI

Chaïm Israël BORYCKI Ci-contre : Charles Bory Chaïm Borycki est né le 2 novembre 1902 à SZYDLOWIEC, ville en Pologne. Il est le fils de Nusyn Borycki et de Mirla Fryde. Chaïm Borycki rejoint la France en 1919. Il y rencontre Rachel Sosnovitch, née 11 juillet 1906 à Varsovie, fille d’Isaac Sosnovitch et d’Esther Brandla, et se marie avec elle aux Lilas le 20 octobre 1925. Depuis 1927 le couple réside au 176, rue de Noisy-le-Sec à Bagnolet. Les époux obtiennent la nationalité française par naturalisation le 23 juin 1932 par décret. Chaïm exerce le métier d’artisan confectionneur. Il travaille à son domicile et est inscrit au Registre des Métiers sous le numéro 111.959. Le couple a un enfant Roger, né le 28 mai 1933. Dès octobre 1940, il se livre à une propagande anti-allemande en distribuant des tracts et des brochures imprimés clandestinement. En 1941, il adhère au Front

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Jim ANKAR

Jim ANKAR     Ci-contre : « Jim Ankar » Source : https://ressources.memorialdelashoah.org/notice.php?q=fulltext%3A%28ankar%29%20AND%20id_pers%3A%28%2A%29&spec_expand=1&start=0 Biographie écrite à la manière d’une enquête historique par les élèves du collège d’Ayguesvives (31450)   Introduction Nous sommes 38 élèves de deux classes de 3è du collège Jean-Paul Laurens d’Ayguesvives (31450). Nous avons côtoyé Jim Ankar grâce au projet européen de l’association Convoi 77 qui a pour but de faire rédiger la biographie d’un déporté du dernier convoi parti le 31 juillet 1944 du camp de Drancy pour le centre de mise à mort d’Auschwitz, situé dans la Pologne occupée par les nazis. Notre mission a donc été de retrouver le passé de cet homme à travers une véritable enquête historique. Chaque semaine, Jim est devenu pour nous une sorte de compagnon de route que nous retrouvions tous les vendredis. Lors de notre atelier hebdomadaire du « Convoi 77 », encadrés par nos professeures documentaliste et d’Histoire-Géographie, nous sommes partis sur

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Herbert SAMETZ

Herbert SAMETZ Biographie réalisée par les élèves de terminale (HGGSP3) du lycée Cassini à Clermont de l’Oise et leur enseignante, Mme Maryline Limonier durant l’année scolaire 2021 – 2022 Reconstituer la vie de Herbert Sametz laisse un goût d’inachevé. En effet de nombreuses périodes de son parcours tumultueux, restent sans trace, dans l’état de nos recherches. Celles-ci ont reposé tout d’abord sur les quelques documents personnels que Rose, la fille de Herbert Sametz, nous a transmis: quelques lettres, une photographie. Nous la remercions infiniment pour la confiance qu’elle nous a témoignée, ainsi que ses enfants, petits-enfants que Herbert Sametz n’a jamais connus. De plus, grâce à la magie d’internet, nous avons eu accès à différentes sources (documents officiels, certificats de déportation….). Nous avons retrouvé sa trace ponctuellement grâce aux réponses à nos questions apportées par le ministère des armées, le Mémorial de la Shoah, de Yad Vashem, les archives royales

LIRE SA BIOGRAPHIE»

Nos partenaires

hébergement Umazuma - OVH

Se connecter

Oubli de mot de passe ?