Zalie WALDHORN

1927 - | Naissance: | Arrestation: | Résidence: ,

Zalie Waldhorn

Création d’une série documentaire « Zalie » retraçant le parcours de Zalie Hoppen Waldhorn, déportée du Convoi 77.

Les élèves de 1ère Laboratoire Contrôle Qualité du Lycée Agricole de l’Institut Lemonnier à Caen ont travaillé sur la création d’une série en 3 épisodes de 3 minutes retraçant le parcours de Zalie Glowinski, déportée du Convoi 77. Ce travail a été effectué en collaboration avec un vidéaste professionnel, Redha Djafer, de Greenway-vidéo.

Zalie Glowinski est née le 31 janvier 1927.
Elle vit à Paris dans le quartier du Marais ( 25 rue des Rosiers ) avec ses parents, son frère et sa sœur. Après l’arrestation de son père en 1942 et de sa mère en 1943, qu’elle ne reverra jamais, elle se dirige vers Alençon où elle entre dans le réseau de résistance Libenord.
Elle est arrêtée par la Gestapo le 24 janvier 1944 puis transféré à Drancy 22 juillet 1944.
Elle sera ensuite déportée à Auschwitz-Birkenau le 31 juillet 1944. En novembre 1944, atteinte du typhus, elle est envoyée au camp de Kratzau en Tchécoslovaquie. Après la libération du camp le 9 mai 1945 par les Russes, elle revient progressivement à Paris où elle retrouvera sa sœur et son petit frère.Pendant 18 mois, les élèves de Première et Terminale Laboratoire Contrôle Qualité du lycée agricole de  l’Institut Lemonnier à Caen ont travaillé sur la création d’une série documentaire, en collaboration avec un vidéaste de Caen, Redha Djafer de Greenway production.

Épisode 1 :

Épisode 2 :

Épisode 3 :

Ce travail a également donné lieu à la création d’une série radiophonique  » Passeurs de Mémoires » en 3 épisodes qui a été diffusée le 22 mars 2022 sur la fréquence de la radio associative Tou’Caen. Voici les 3 épisodes:

Épisode 1 :

Épisode 2 :

Épisode 3 :

 

Démarche du projet:

De septembre à octobre 2021, les élèves de première Laboratoire Contrôle Qualité ont travaillé sur la contextualisation générale de la seconde guerre mondiale et de la Shoah. Ils ont, dans ce cadre, participé à différentes activités pédagogiques au Mémorial de Caen les initiant au travail sur les archives.

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Atelier-p%C3%A9dagogique-Shoah-M%C3%A9morial-de-Caen.jpg

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Visite-M%C3%A9morial-de-Caen.jpg

Visite et atelier pédagogique – Mémorial de Caen  Septembre 2021

En octobre 2021, le projet a été retenu par la région Normandie et le Mémorial de la Shoah de Paris dans le cadre du dispositif  » Voyage d’étude à Auschwitz ». En raison du contexte sanitaire et géopolitique, le voyage à Auschwitz, initialement prévu en janvier 2022 sera annulé et remplacé par un voyage d’étude à Berlin en mai 2022

De novembre à décembre 2021, les élèves ont travaillé à la division des archives des victimes des conflits contemporains à Caen, en compagnie d’Alain Alexandra et de Julia Quellien, sur les dossiers de Zalie von Hoppen Waldhorn, Mickaël von Hoppen Waldhorn, Rosa et Hélène von Hoppen Waldhorn. Ils ont également pris des photos des archives qui seront ensuite sélectionnées dans le cadre du documentaire. Les élèves ont également, pendant cette période, travaillé sur le témoignage vidéo de Zalie de l’USC Shoah Foundation de novembre 1993.

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Photo-introduction-1%C3%A8re-page-archive.jpg

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Travail-%C3%A9l%C3%A8ves-archives.jpg

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Zalie.jpg

Témoignage de Zalie Glowinski ( née Hoppen Waldhorn ) – USC Shoah Foundation – Nov 1993

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Dossier-Zalie-archives.jpg

En décembre 2022, les élèves ont été invités, par la région Normandie et le mémorial de la Shoah de Paris, au témoignage de Ginette Kolinka au Mémorial de Caen. Certains de nos élèves ont été interrogés par le journal Ouest – France.

A partir de Janvier 2022, les élèves , répartis en 3 groupes, ont commencé à rédiger leur texte, retraçant l’histoire de Zalie à destination de l’émission radio de mars 2022 et de l’enregistrement des voix off pour le documentaire.

  • Groupe 1 : De son enfance à 1943
  • Groupe 2 : D’Alençon à Drancy
  • Groupe 3 :  Auschwitz – Le retour – L’après guerre

Les élèves disposaient d’une trame scénaristique ci-jointe:https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Sc%C3%A9nario-Zalie-groupe-1.jpg

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Sc%C3%A9nario-Zalie-groupe-2.jpg

 

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Sc%C3%A9nario-Zalie-groupe-3.jpg

En mars 2022, les élèves ont enregistré leur émission radio ( 1 seule prise pour des raisons de temps ). Emission qui a été diffusée dans le cadre de la semaine contre les discriminations le 22 mars 2022.

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Travail-radios-zones-dondes-2.jpg

Enregistrement série radiophonique – Mars 2022

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Zalie-marais-27-rue-des-rosiers.jpg

27 rue des Rosiers, Paris 4, où vivait Zalie pendant son enfance

En avril 2022, les élèves ont participé à une visite guidée du quartier du Marais à Paris, afin d’étudier l’enfance de Zalie et de prendre des photos des lieux où elle a vécu, elle jouait avec ses camarades ( 27 rue des rosiers, l’écoles des Hospitalières Saint Gervais – Le Pletzel.

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Visite-du-Marais.jpg

Visite du Marais – Paris 4 – Avril 2022

Les élèves ont également visité de site et le musée de Drancy où Zalie a été internée puis déportée par le convoi 77 le 31juillet 1944. L’objectif était de nourrir le texte de la voix off et de prendre des photos servant de base au documentaire.

Visite du camp de Drancy – Avril 2022

A cette occasion, les élèves ont rencontré Roselyne Glowinski ( la fille de Zalie ) avec laquelle ils ont pu échanger. Roselyne a présenté aux élèves les photos de famille qu’elles avaient sélectionnées.

Rencontre avec Roselyne Glowinski – Place des Vosges – Paris – Avril 2022

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Berlin-Porte-de-Brandebourg.jpg

Porte de Brandebourg – Berlin – Mai 2022

En mai 2022, les élèves ont participé au voyage d’étude à Berlin, organisé par la région Normandie.

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Berlin-M%C3%A9morial.jpg

Visite du Mémorial des victimes de la Shoah – Berlin – Mai 2022

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Roselyne-et-son-papa.jpg

Photo de famille donné par Roselyne Glowinski – Roselyne et son père – Henri Glowinski

Fin mai 2022, les élèves, par groupe, ont crée le storyboard de leur série. Les élèves devaient choisir des photos prises pendant les différentes visites, les photos d’archives et les photos données par Roselyne. Ce travail a été effectué avec Redha Djafer, vidéaste Caennais de Greenway Vidéo, qui nous a accompagne pendant l’ensemble du projet.

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Roselyne-et-ses-parents-photos.jpg

Photo de famille donnée par Roselyne Glowinski – Zalie – Henri Glowinski dit « Glou Glou  » et Roselyne

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Travail-Redha-1.jpg

Travail avec Redha Djafer de Greenway Vidéo – Création du Storybord –

Septembre 2022, les élèves ont travaillé sur la synthèse de leur texte et sur la synchronisation entre les images ( Photos – archives ) et le texte. Puis, Redha Djafer, vidéaste, a enregistré les voix off pour la série documentaire.

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/Travail-redha-2.jpg

Enregistrement des voix off – Septembre 2022

D’Octobre à Décembre 2022, le vidéaste Redha Djafer a réalisé le montage de la série. Le format de 3 épisodes de 3mn avait pour objectif de permettre une utilisation souple et adapté dans le cadre d’une séquence de cours sur la Shoah pour tout les niveaux. C’est à cet effet que le choix de l’animation a été déterminé. Son travail a consisté à synchroniser les voix off et les images sélectionnés par les élèves et de mettre en place une animation des photos sélectionnées.

La série documentaire a donné lieu à une restitution, le jeudi 26 janvier, au cinéma d’art et d’essai  » Le Lux » à Caen. La séance était présenté par les élèves en présence de 150 élèves de l’agglomération Caennaise, de 20 parents, des enseignants et des partenaires:

  • Alain Alexandra et Julia Quellien de la Division des archives des victimes des conflits contemporains.
  • Claire Podetti et Serge Jacubert de l’association Convoi 77.
  • Christophe Yvetot de la région Normandie.
  • Roselyne Glowinski ( la fille de Zalie ), Avriel Huneau ( son petit fils ) et Phyléas Huneau ( son arrière petit fils)

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/IMG-20230128-WA0020.jpg

Présence de Roselyne – Avriel et Phyléas

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/IMG-20230128-WA0011.jpg

Restitution du projet – Jeudi 26 janvier 2023

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/IMG-20230128-WA00231.jpg

Restitution du projet – Jeudi  26 janvier 2023

 

https://edu.convoi77.org/wp-content/uploads/2021/07/IMG-20230128-WA0007.jpg

Restitution « Le Lux » – Jeudi 26 janvier 2023

 

Relais du projet dans la presse:

Ce projet a fait l’objet d’un article dans le journal libération du vendredi 27 janvier 2023. Reportage.

«C’est comme si elle faisait partie de notre famille» : à Caen, des lycéens ont enquêté sur la vie de Zalie, déportée à Auschwitz

Des élèves de terminale normands ont investigué un an sur la vie d’une déportée du Convoi 77, parti de Drancy pour Auschwitz, afin d’élaborer sa biographie écrite et audio. Une autre manière d’étudier la Shoah.

Des terminales du lycée Institut Lemonnier de Caen ont étudié la vie de Zalie Glowinski, rescapée d’Auschwitz. (Rémy Artiges/Libération)

par Cécile Bourgneuf

publié le 27 janvier 2023 à 7h02

31 juillet 1944. Alors que la fin de la guerre approche, l’officier SS Alois Brunner fait partir l’un des derniers convois du camp de Drancy, direction Auschwitz. C’est le convoi 77. A l’intérieur, 1 306 juifs. Des enfants, des femmes, des hommes. Seuls 250 ont survécu. Parmi eux, Zalie Glowinski.

Près de quatre-vingts ans plus tard, le visage de la jeune fille, cheveux ondulés et timide sourire aux lèvres, apparaît sur l’écran d’une salle de classe du lycée agricole Institut Lemonnier à Caen (Calvados). Les 18 élèves de terminale en filière «Laboratoire contrôle qualité» terminent un travail de fourmi, entamé en septembre 2021, pour retracer la vie de «Zalie». Leur professeur d’histoire, Thierry Bogacki, avait une idée en tête depuis un moment : «Comment enseigner autrement la Shoah à mes élèves pour qu’ils s’imprègnent de cette histoire par le biais d’un récit plus intime ?» Il a trouvé la réponse grâce à l’association Convoi 77 qui confie à des collégiens et lycéens le soin de rédiger les biographies des déportés de ce convoi.

Selon un sondage Ifop réalisé en 2018, plus de 20 % des 18-24 ans disent ne jamais avoir entendu parler de l’Holocauste. Voilà pourquoi Georges Mayer, le fondateur de l’association, estime important de revoir l’enseignement de la Shoah : «L’idée est d’oublier les cours classiques dans lesquels on parle aux élèves de façon frontale des six millions de juifs assassinés, et de leur proposer à la place une démarche active en enquêtant sur le destin d’un déporté qui a vécu là où ils vivent aujourd’hui», explique ce fils d’un déporté du Convoi 77. Cela permet aux élèves de mieux retenir l’histoire de ce conflit «et de participer à un projet international de mémoire pour raconter la vie de toutes ces personnes dont la grande majorité n’est jamais revenue des camps de la mort». Depuis le lancement du projet en 2015, près de 350 biographies (250 autres sont en cours de réalisation) en anglais et en français, ont ainsi été écrites par des élèves dans une vingtaine de pays d’où étaient originaires ces déportés.

La classe de terminale et leur professeur Thierry Bogacki, à Caen, le 24 janvier. (Rémy Artiges/Libération)

Actes de naissance, lettres manuscrites, documents d’arrestation

Au départ donc, les élèves du lycée agricole de Caen n’avaient qu’un nom. Zalie Glowinski. Et des questions sans réponse : quel âge avait-elle lors de sa déportation ? Qui était sa famille ? Comment était-elle à son retour des camps ? Plus qu’un début de piste, la classe est allée franchir les portes de la Division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC) du Service historique de la défense, à Caen. «C’était quelque chose de découvrir ces papiers anciens, confidentiels parce qu’on rentrait tout à coup dans sa vie intime. On a rassemblé les pièces du puzzle en se concentrant sur chaque étape de sa vie», se souvient la dynamique Clémentine, 17 ans, qui garde un souvenir précis des quatre heures passées à éplucher les documents administratifs de toute la famille de Zalie. Avec ses camarades, Clémentine doit trier les actes de naissance, de décès, déchiffrer les lettres manuscrites, les documents d’arrestation et de transfert d’Auschwitz au camp de Chrastava (à l’époque en Tchécoslovaquie) où elle attrape le typhus, comme le prouve un examen médical.

Jules agite ses doigts comme s’il tenait encore les précieux papiers entre ses mains : «C’était des documents comme sortis d’une autre époque, enveloppés dans des pochettes. On avait la liste des convois de juifs, des documents écrits par les nazis. On avait les preuves de ce qu’il s’est passé.» Des preuves que les élèves ont prises en photo puis imprimées. Ce jour-là les feuilles sont éparpillées sur les tables de la classe. Elles leur ont servi de base de travail avant d’écouter le long récit que Zalie Glowinski avait livré en 1995 à l’USC Shoah Foundation, organisation fondée par Steven Spielberg en 1995 qui conserve les témoignages vidéo des survivants de l’Holocauste. Face caméra, elle y raconte sa vie durant quatre heures trente. Son enfance à Paris, sa relation privilégiée avec son père qui se sentait protégé en France avant d’être déporté et gazé à Auschwitz, comme sa mère. Puis son départ à Alençon, à une centaine de kilomètres du lycée Institut Lemonnier, où l’adolescente entre en résistance.

«Elle ne pesait que 27 kilos, on voyait la forme de ses os»

C’est à ce moment-là qu’elle est arrêtée, avant d’être enfermée dans le camp de Drancy, puis déportée. Les élèves ont pleuré en écoutant son récit. Puis ils ont suivi sa trace : Alençon, Drancy, Paris, dans la rue des Rosiers où elle habitait : «C’était étrange de voir son immeuble et ce quartier qui semblait avoir oublié la rafle du Vél d’Hiv», remarque Ethan, 17 ans. Ce passionné d’histoire a trouvé «ce travail de reconstitution hyperintéressant» parce qu’il fallait notamment recouper les informations récoltées. Les élèves ont ainsi découvert que Zalie s’est trompée sur quelques dates. Elle avait aussi oublié son passage à l’hôtel Lutetia, à Paris, transformé en centre d’accueil pour une grande partie des rescapés des camps de concentration. «Elle ne pesait que 27 kilos, on voyait la forme de ses os. Ses voisins ne l’ont même pas reconnue», raconte Inès, encore marquée par cette scène décrite par Zalie, décédée en 1998. Aliénor pourrait parler d’elle durant des heures : «C’est comme si elle faisait partie de notre famille alors qu’on ne l’a jamais rencontrée», confie l’adolescente.

Les élèves ont fait de sa biographie un projet radiophonique, transformé en ce début d’année en une série documentaire présentée en fin de semaine dans un cinéma de Caen, en présence de la fille de Zalie et de son petit-fils. Une fierté pour ces terminales. «On va sûrement leur apprendre des choses sur elle», glisse Inès, qui s’est prise de passion pour ce travail qui lui a permis «de ressentir l’horreur de ce qu’il s’est passé. Grâce à ça, on va transmettre ce que l’on a découvert aux générations suivantes pour ne pas oublier la Shoah. On doit garder ça dans un coin de la tête quand on voit qu’il y a toujours la guerre en Europe, en Ukraine». Leur documentaire, déjà mis en ligne, s’achève sur un témoignage audio de Zalie qui lance d’une voix douce : «J’ai eu beaucoup de chance mais pourvu que ça ne revienne pas.»

Cécile Bourgneuf
Journaliste – Libération
113 Avenue de Choisy
75013 Paris

 

This biography of Zalie WALDHORN has been translated into English.

Contributeur(s)

Classe de Terminale de l’Institut Lemonnier (Bac Pro Laboratoire Contrôle Qualité) travaillent dans le cadre de l'association Convoi 77, sur la biographie de Zalie Glowinski née Hoppen, rescapée du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Avec Thierry Bogacki, professeur d’histoire-géo.
Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

hébergement Umazuma - OVH

Se connecter

Oubli de mot de passe ?