Delphine Borione : « La défense des droits de l’Homme s’incarne parfaitement dans la mémoire de la Shoah »

Delphine Borione est ambassadrice pour les droits de l’Homme, chargée de la dimension internationale de la Shoah, des spoliations et du devoir de mémoire. Convoi 77 l’a interviewée.

Qu’est-ce que votre fonction d’ambassadrice chargée de la dimension internationale de la Shoah, des spoliations et du devoir de mémoire et d’ambassadrice pour les droits de l’Homme implique concrètement ?

« Je précise d’abord que j’exerce un poste d’ambassadeur thématique, qui a un champ d’action transversal et me conduit à travailler avec l’ensemble des services du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Je dispose ainsi d’une grande autonomie d’action, ce qui me permet d’intervenir en France et à l’international, de développer des projets, d’être en contact avec la société civile ou encore de faire des déclarations en mon nom propre.

Ces deux sujets de compétence, les droits de l’Homme et les questions mémorielles, qui relevaient auparavant du Cabinet du Premier ministre, ont été réunis en 2008. Il y a une vraie cohérence dans le fait de les réunir puisqu’il s’agit de questions traitant de la dignité humaine pour tous. Il y a une mission universelle dans la défense des droits de l’Homme qui s’incarne parfaitement dans le devoir de mémoire de la Shoah, de la lutte contre le négationnisme ou les distorsions de l’histoire ainsi que dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. »

Comment travaillez-vous sur la question de la mémoire de la Shoah et l’antisémitisme ?

« À l’international, je préside la délégation française à l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) qui est l’organisation chargée de travailler sur la recherche, l’éducation, la mémoire de la Shoah ainsi que de lutter contre les distorsions ou le négationnisme. Mon service collabore étroitement avec la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (Dilcrah) sur l’éducation, les sanctions contre l’antisémitisme, le soutien aux victimes, et le travail de mémoire particulièrement sur le territoire français.

Durant la présidence française du Conseil de l’Union européenne au premier semestre 2022, la France a permis l’adoption de conclusions sur le racisme et l’antisémitisme par laquelle les pays membres de l’UE rappellent leur engagement à lutter contre toutes les formes de discriminations en Europe. Notre présidence a également aussi été l’occasion de travailler sur la question de la lutte contre la haine en ligne.

Nous disposons en France d’un arsenal juridique important sur cette question, notamment la loi Gayssot (texte de 1990 qui réprime tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, et pénalise le négationnisme) et, plus récemment, la loi « Avia » du 24 juin 2020 (qui vise à lutter contre les contenus haineux sur internet). Dans le cadre de cette loi, un observatoire de la haine en ligne a été mis en place pour la prévention des discours de haine en ligne, en particulier antisémites ainsi qu’un parquet spécialisé pour la répression. Il s’agissait d’adapter la réponse des pouvoirs publics à cette délinquance en ligne hélas en forte augmentation, notamment depuis la pandémie.

Au niveau européen, nous avons travaillé pour que le Digital Service Act (législation sur les Services numériques) et le Digital Market Act (législation sur les réseaux) puissent être adoptés. Ces textes européens ont pour objectif de responsabiliser les plateformes numériques au regard des contenus qui y sont publiés, et de faire en sorte que tout contenu répréhensible puisse être éliminé. »

Dans le cadre de vos fonctions, quelles sont vos actions et vos priorités en matière de devoir de mémoire et de lutte contre l’antisémitisme ?

« Je contribue à ce devoir de mémoire avec l’ensemble des institutions ou projets mémoriels français, dont bien-sûr Convoi 77. Il s’agit de donner des conférences sur la question de la mémoire de la Shoah, de former les jeunes, de participer à des événements internationaux, de soutenir les travaux de recherche. J’entends également continuer à soutenir tout le travail remarquable que mènent les organismes comme le Mémorial de la Shoah, le camp des Milles, la maison d’Izieu, Convoi 77, etc. Nous organisons aussi des visites des lieux mémoriels par des diplomates étrangers, avec le Congrès Juif Mondial, qui est un partenaire important.

Au sein de l’IHRA, nous œuvrons à sensibiliser à la mémoire de la Shoah. Il y a aussi un travail important qui est conduit pour comprendre ce que sont les distorsions de la Shoah, et toutes les tentatives de falsification ou déformation de la mémoire, ce qui ouvre la porte à tous les abus, comme on le voit en Russie en ce moment.

Ces sujets, et en particulier la lutte contre l’antisémitisme, nous les évoquons dans nos relations bilatérales avec nos partenaires étrangers, et nous portons également devant les organisations internationales et régionales que sont le Conseil de l’Europe, l’OSCE ou encore l’ONU. »

Vous êtes l’un des partenaires de Convoi 77, pouvez-vous dire quelques mots sur l’association Convoi 77 et sur ce que ce partenariat vous apporte éventuellement ?

« C’est d’abord un projet que je trouve extrêmement intéressant et utile pour nourrir cette mémoire. Solliciter un travail sur les victimes de ce dernier convoi de la part des élèves permet de créer un lien fort entre ces derniers et une mémoire historique. C’est très important d’avoir des projets qui font participer directement les élèves. Cela favorise une approche théorique mais aussi humaine et émotive.

Alors même que les témoins du drame de la Shoah sont en train de disparaître, Convoi 77, en honorant la mémoire des déportés, propose une transmission mémorielle très forte. C’est un projet dont je parle très souvent dans mes interventions. Je félicite Georges Mayer et toute l’équipe de Convoi 77 pour leur engagement qui a permis la diffusion du projet au niveau européen.

Nous sommes ainsi très heureux de la reconnaissance apportée par le Conseil de l’Europe pour la journée du 27 janvier dernier.« 

Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

hébergement Umazuma - OVH

Se connecter

Oubli de mot de passe ?