La Ville de Paris adopte la définition de l’antisémitisme de l’IHRA

Źródło w Francuski. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

La Mairie de Paris a adopté, début février, la définition de l’antisémitisme portée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). Cette adoption devrait doter la capitale française d’un instrument en matière d’actions de lutte contre l’antisémitisme, de prévention, d’éducation et de formation auprès du public et des agents de la ville, indique-t-on.

Cette définition est la suivante. „L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte”, peut-on lire sur le site de l’institution.

„L’antisémitisme peut se manifester par des attaques à l’encontre de l’État d’Israël lorsqu’il est perçu comme une collectivité juive. Cependant, critiquer Israël comme on critiquerait tout autre État ne peut pas être considéré comme de l’antisémitisme”, poursuit l’IHRA.

Ainsi, une différence claire est désormais faite entre la critique de l’action politique d’Israël et la remise en question de cet Etat. Ce dernier point relève de l’antisémitisme.

„J’entends cette définition de l’antisémitisme comme la possibilité de critiquer la politique menée par le gouvernement israélien, et même de la critiquer vivement, mais jamais de critiquer l’existence même de l’Etat d’Israël, seul Etat dans le monde dont l’existence est parfois contestée”, a déclaré Rémi Féraud, sénateur socialiste et président du Groupe Paris en commun au Conseil de Paris, lors de ce vote présidé par la maire Anne Hidalgo.

La municipalité de Nice a également adopté la définition de l’IHRA.

Cette définition extensive se veut un support destiné à mieux identifier „les exemples contemporains d’antisémitisme”. Ces derniers peuvent, selon l’institution, se manifester par „la négation des faits, de l’ampleur, des procédés (comme les chambres à gaz) ou du caractère intentionnel du génocide du peuple juif par l’Allemagne”, „la production d’affirmations fallacieuses, déshumanisantes, diabolisantes ou stéréotypées sur les Juifs”, ou encore „le reproche fait au peuple juif ou à l’État d’Israël d’avoir inventé ou d’exagérer l’Holocauste”.

800px-Hôtel_de_Ville_de_Paris
hébergement Umazuma - OVH

Zaloguj się używając swojego loginu i hasła

Nie pamiętasz hasła ?